VISA Ranskassa

Une note communen (yhdestä norovirustapauksesta huolimatta) hienosti menneiden helmikuisten esitysten jälkimainingeissa Cirque des Puces jatkaa yhteistyötään ranskalaisen En Vôtre Compagnien kanssa. VISAa isännöivät maaliskuussa Scène Culturelle de Saint-Affrique sekä Théâtre Jacques Coeur, Lattes ja huhtikuussa CIRCa Auch ja Parvis-Scène Nationale Tarbes.

***

Après une petite tournée d’Une note commune dans le Sud de la Finlande le Cirque des Puces est content de revenir en France pour se remettre à collaborer avec En Vôtre Compagnie. En Mars VISA sera joué sur la Scène Culturelle de Saint-Affrique et au Théâtre Jacques Coeur, Lattes. En Avril nous aurions le plaisir de retourner à CIRCa Auch et quelques semaines plus tard le spectacle va être présenté à Parvis-Scène Nationale Tarbes.

 

Advertisements

VISA Helsingin Sanomissa

“Mikä saa pakolaisen jaksamaan ja jatkamaan? Toivo. Ilman sitä ihminen on kuollut, vaikka ruumis eläisi. Enemmän ajan hermolla ei voisi olla ranskalais-suomalainen vierailuesitys Visa – sanaton näytelmä.” – Jussi Tossavainen, HS 8.10.2016

http://www.hs.fi/kulttuuri/tanssiarvostelu/art-2000002924561.html

Beau spectacle à Nukketeatteri [théâtre de marionnette] Sampo montre qu’est-ce que c’est que donne la force au réfugié à continuer

Le spectacle de Cirque des Puces & En Vôtre Compagnie va jusqu’aux moelles d’osses

Culture 8.10.2016 11:58, Jussi Tossavainen

VISA-7
Photo: Frédéric Stoll

À VISA, des barres descendent sur le voie des réfugiés. Dans le photo: Amandine Doat
Cirque contemporain. Cirque des Puces & En Vôtre Compagnie: VISA – spectacle sans paroles. Spectacle invité à Nukketeatteri Sampo. Interprètes: Amandine Doat, Cécile Guillot Doat et Tomas Takolander; mise-en scène: Jean-Marie Doat; musique: Tomas Takolander; choréographie: Amandine Doat; éclerages: Frédéric Stoll.

C’EST QUOI qui donne la force au réfugié de continuer? L’espoir. Sans espoir l’homme est mort même si son corps sera vivant. Cette visite franco-finlandaise ne pourrait pas être plus courant. Le spectacle essaye de capter la synthèse du lugubre et de l’espoir sans paroles, comme indique son titre. Et pourtant, un réfugié se retrouve souvent aussi sans mots, sans langue,

Il faut avouer que moi-même, autant que spectateur, j’avais besoin des paroles. Sans la programme pour le contexte l’interprétation aurait pu prendre n’importe quel chemin. Avec la programme l’histoire s’est envolé et s’est développé dans l’esprit du spectateur, laissant les mains libres à chercher des significations. Le coté symbolique appelait de se faire interprété.

Dans les images des actualités à la télévision nous voyons des gens désespérés dans les bateaux bourrés et coulants. Beaucoup sont noyés. Ceux qui sont sauvés se sentent qu’on les veut pas, comme ils seraient des taches.

Les images des actualités nous culpabilisent, mais finalement on se retrouve engourdis. Cirque des Puces et En Vôtre Compagnie réveillent le spectateur à revoir cette illusion massive des images du courant des actualités en ramenant l’exile à un niveau individuel avec que trois interprètes, stylisé et avec très peu d’éléments. Au lieu de profiter du sanglot au l’horreur, le spectacle regarde, d’une façon presque laconique, dans l’esprit d’une personne qui s’équilibre sur ses propres frontières – aussi physiquement que mentalement.

VISA combine la danse, la marionnette et le cirque à une totalité, où les origines des disciplines se brouillent et forment une nouvelle façon d’interpreter. On ne voit pas des poupées ”Kasper”, mais des branches et du plastique déchiré. Une main invisible monte et descend des barres qui forment des frontières ou même des murs sur le chemin du réfugié.

Des branches mortes sont tassés sur une personne, comme si quelqu’un qui regarde d’en haut voulait voir combien cette personne peut supporter. Sur scène ça se fait physiquement, mais le même lourdeur est encore pire dans l’esprit.

Le camp de refuge est un sauvetage et une prison. Dans le spectacle la tempête et le catastrophe se répètent sous différentes formes. Le plastique noir couvre la terre blanche comme une flaque de l’huile en mer, tuant tout vivant. Les personnages construisent une tente des déchets de plastique et des branches de bambou, une sorte d’abris, quelque chose qui semble une maison. Même ça se fait déchiré par la tempête.

Le matériel blanc se montre en fouet froid et menaçant, mais en méprise, sous-estimation ou l’indifférence cruelle des autres, pas mérité par les victimes des circonstances. Le vent froid frappe jusqu’aux moelles d’osse dans le publique aussi.

Mais l’espoir, il vit quelque part. Même dans ce spectacle la neige peut se transformer en ami et camarade de jeu, au moins dans l’imagination. Il y a aussi de l’espoir dans la musique de Tomas Takolander. Son son d’orchestre gamelan d’un seul homme caresse avec son douceur.

Une solution n’est pas présentée. Elle semble improbable dans le monde réel aussi.

VISA – spectacle sans paroles
Genre: Cirque, danse
Qui: Cirque des Puces & En Vôtre Compagnie
Où: Nukketeatteri Sampo
Interprètes: Amandine Doat, Cécile Guillot Doat et Tomas Takolander
Musique: Tomas Takolander
Coréographie: Amandine Doat

#cirque #théâtre #danse #crise des réfugies

[Traduit par Tomas Takolander]